Pour agir chez vous, sur vos événements sportifs et culturels, faites le choix des toilettes sèches.

agir sur la présevation des sol et du milieu aquatique en utilisant des toilettes sèches

Pourquoi  ? voilà les principales raisons pour agir :

  1. Comme leur nom l’indique, les toilettes sèches n’utilisent pas d’eau, vous faites donc une économie monumentale en terme de volume d’eau, mais c’est aussi ET SURTOUT une énorme économie dans la gestion et le traitement des eaux souillées… N’oubliez pas que sur les toilettes classiques, l’eau n’a pour principale vocation que d’être un moyen de transport.
  2. Si vous n’avez jamais testé vous risquez d’être surpris par l’odeur… y’en a pas ! Le fait d’utiliser une litière inhibe tous dégagements et propagations de mauvaises odeurs, et ce, de manière quasi instantané et durable.
  3. La valorisation des « déchets », en deux mots si vous connaissez le principe du compostage… Vous aurez compris !

Comprendre le principe de compostage :

Tout d’abord il faut bien faire la différence entre le compostage et l’épandage. Notre expérience nous a montré que malheureusement ces deux termes pourtant si différents sont trop souvent confondus.

L’épandage, comme son nom l’indique, consiste à épandre de la matière sur une large surface. L’idée est de disperser au maximum pour éviter la concentration en un endroit donnée et donc la pollution de la zone… Cette technique bien que largement répandue est pour nous « problématique » dans la mesure où l’on disperse une grande quantité de matière non transformée, généralement sous forme de boues, de lisier ou de fumier.  Ça sent fort, ça marque les esprits, et on a souvent trop vite fait d’assimiler cette odeur désagréable au toilettes sèches lorsqu’on parle de gestion des litières… c’est une erreurs, car c’est pas comme ça qu’on fonctionne !

À contrario, le compostage a pour objectif de concentrer dans un endroit donné la matière afin de la transformer avant de l’utiliser par la suite. Un des effets recherché par cette technique est de se débarrasser des éléments pathogènes. Le résultat d’un bon compostage est une terre riche et fertile plus communément appelée « Terreau».

La problématique liée à cette technique est d’éviter le surdosage de matière organique, autrement dit la trop grande concentration de pipi et de caca en un endroit donné, afin d’éviter la pollution de la zone. La litière utilisé pour faire fonctionner vos toilettes sèches est généralement (pour ne pas dire à coup sûr) insuffisante en thermes de quantités dans le ratio optimum de matière végétale/matière organique pour un bon composte. Il faudra donc, au moment de la mise en compostage, rajouter une quantité non négligeable de matière végétale.

Concrètement, si vous voulez faire un bon composte commencer par faire un bon lit de paille avant de verser vos litières ! Mettez en suffisamment pour être certain que la totalité des litières soit absorbée par la paille. Versez alors dessus votre litière, puis recouvrez de paille et recommencez l’opération lors de votre prochaine vidange. Votre tas de composte alternera alors entre couche de litière et couche de paille.

A noter qu’on parle ici de paille car c’est généralement le plus « pratique » à utiliser, mais n’hésitez pas à diversifier l’apport en matières végétales avec de la feuille morte ou autre !

L’objectif d’un bon compost est de s’assurer que la nature fasse bien son travail, autrement dit, de favoriser les conditions adéquates au travail des bactéries, champignons, micro-organismes et autres bébêtes types lombrics (vers de terre) etc.

On préférera donc généralement un contact direct avec le sol dans un réceptacle protégeant le compost des intempéries pour ne pas « lessiver » le tout à la première pluie. Bien qu’un bon composte doit rester humide…

Bref, si vous voulez entrer plus en détail dans ces processus, Nous vous conseillons ces documents très accessibles et assez complets.

 

guide : Compostage RAE